Culture

Plus de 5 000 ans d’histoire contemplent l’Égypte qui fait partie des plus anciennes civilisations. Durant des millénaires, l’Égypte a conservé une culture incroyablement complexe et stable qui influença les ciilisations plus tardives d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique. Après l’ère pharaonique, elle a elle-même été influencée par l’hellénisme, le christianisme, puis l’islam. De nos jours, de nombreux aspects de la culture égyptienne sont en interaction avec des éléments plus modernes, en particulier l’influence de l’Occident.

Environ 90% des Égyptiens se réclament de l‘islam, fondé au début du VIIe siècle par Mahomet et introduit en Égypte en 642. La prière représente une partie essentielle de la vie quotidienne du croyant, que le muezzin appelle cinq fois par jour du haut des minarets. L’autorité religieuse suprême est le sheikh d’Al-Azhar, dont le rôle est de définir la ligne officielle de l’islam sur… à peu près tout. Les coptes forment la principale minorité religieuse. Avant l’arrivée de l’islam, le christianisme était la religion prédominante dans le pays.

La société égyptienne n’est pas simple à définir. Elle est empreinte, d’un côté, d’un grand conservatisme, renforcé par la pauvreté, que symbolisent la nourriture traditionnelle, les longs abeyya noirs des femmes et les galabiyya des hommes, le mariage entre cousins, un unique voyage dans la très lointaine Alexandrie et l’omniprésente « volonté de Dieu »; de l’autre, d’un modernisme incarné par l’Occident en général et les États-Unis en particulier. Ces valeurs sont très minoritaires, mais le groupe social qui les incarne exerce une grande influence sur le reste de la société de par sa fortune et son statut. La grande majorité de la population égyptienne se situe entre ces deux extrêmes.

L’arabe égyptien, surtout la langue de la rue, n’a presque rien à voir avec l’arabe classique. L’arabe parlé par un Égyptien éduqué, même si sa prononciation est différente, se rapproche en revanche beaucoup plus de celui de ses voisins : un Jordanien ou un Irakien cultivé pourra discuter avec lui politique ou littérature, mais acheter du pain dans une boulangerie égyptienne sera pour ces derniers un vrai casse-tête.

La vallée du Nil a vu prospérer une des civilisations antiques les plus brillantes : l’Egypte des Pharaons. Elle laissa derrière elle un patrimoine mondial d’une richesse inouïe comme en témoigne le musée égyptien du Caire qui compte plus de 120 000 pièces de l’ancienne Egypte.
Dans la région du Caire, sur la rive ouest du Nil, les pyramides de Gizeh sont envahies en permanence par des hordes de touristes venus admirer l’une des sept merveilles du monde. Aux alentours se trouve le Sphinx qui constitue à lui-même un spectacle unique. Les sites de Louxor et d’Assouan le long du Nil combinent une architecture monumentale et parfaitement préservée avec un fleuve d’une beauté extraordinaire. Beaucoup de voyageurs viennent admirer ces paysages séduisants en se laissant glisser en felouque le long du Nil.
Plus près de la mer Rouge, la montagne du Sinaï abrite le Monastère Sainte Catherine l’un des plus vieux au monde, encore en activité autour d’une vingtaine de moines. Sa bibliothèque protégeant des livres anciens est d’une richesse inestimable. Point de départ de l’ascension du Mont Sinaï, c’est la montagne rendue célèbre par la tradition biblique selon laquelle Moïse y aurait reçu les Tables de la Loi.
Vous l’aurez compris nul ne revient d’Égypte sans évoquer l’architecture : depuis 5 000 ans, les temples, les tombeaux, les pyramides, les colonnes, et les statues de dieux et de déesses fascinent et émerveillent. Les hiéroglyphes, écriture inventée au IVe millénaire av. J.C, est un autre héritage culturel indissociable du pays. Cette écriture donne lieu aujourd’hui à l’expansion d’un artisanat original, gourmettes, poterie, gravures, autant de petits souvenirs que vous trouverez partout et sur lequel vous pourrez même y faire inscrire votre nom en écriture/dessin !

Nous recommandons très fortement à nos voyageurs de lire les livres de Henri de Monfreid, aventurier français et contrebandier. Il vécu de différents trafics, perles, armes, haschisch, qui lui valurent plusieurs séjours en prison. Ses romans dans lesquels il raconte ses aventures donnent un panorama extraordinaire de la corne de l’Afrique.

  • Les secrets de la mer Rouge (1931)
  • La poursuite du Kaïpan (Grasset, 1934)
  • L’homme sorti de la mer (Grasset, 1951)

Gastronomie

Si la gastronomie égyptienne ne profite pas d’une excellente réputation internationale, on trouve facilement de bons restaurants. Poisson de la mer Rouge, agneau délicieux, pâtisseries savoureuses, thé shaï et café turc, la cuisine égyptienne est à découvrir. Le foul, une purée de fèves habituellement servie dans un morceau de shami (pain) est le plat traditionnel.

La Mer Rouge

La visibilité reste relativement bonne jusqu’à 200 m de profondeur mais les vents peuvent se lever rapidement et les courants marins se révéler traîtres. Il y a de nombreux hauts-fonds en mer Rouge, renommés pour l’exubérance de la vie sous-marine qui s’y abrite, que ce soient de nombreuses variétés de poissons ou de magnifiques coraux. La température y est donc relativement élevée et permet aux coraux de se développer de manière luxuriante. Elle est peuplée de plus de 1 000 espèces d’invertébrés, de 200 espèces de coraux et d’au moins 300 espèces de requins.
La mer Rouge est une des mers les plus chaudes et les plus salées du globe avec une salinité de 42 USP alors que de façon générale les océans ont une salinité à 35 USP.  Plus une eau est riche en sel plus elle est dense ; un corps plongé dans la mer Rouge flottera donc plus que dans un océan.

Pratique

Le bakchich est pour les égyptiens un art, un mode de vie national, et une façon souvent vitale de compléter leurs maigres revenus. Les voyageurs qui sauront donner seront récompensés par un large sourire. Il est très mal vu qu’un étranger ne se soumet pas au bakchich alors que les égyptiens eux-mêmes y sont assujettis et s’en accommodent. Le marchandage est ici sport national. Au bazar vous serez invités à boire le thé afin de discuter du prix. Humour, subtilité et patience sont les maîtres mots de cette coutume charmante.

Bagages : Maximum 20 kg en soute sur les vols internationaux. Possibilités d’obtenir gratuitement une franchise bagages de 30 kg pour les plongeurs.

Voyager en Égypte  ?

Les voyageurs français sont plus en retrait pour des voyages dans les pays musulmans. A titre de comparaison nos voisins allemands ou italiens sont 4 à  5 fois plus nombreux à visiter et à profiter de l’Egypte que les français. Des destinations kitesurf, windsurf ou plongée comme El Gouna « font le plein » avec des touristes européens, russes et même asiatiques.

Le quai d’Orsay rappelle que le nord de la Mer Rouge ( là où se déroulent nos croisières) n’est pas une zone de piraterie maritime et émet un avis favorable aux déplacements le long de la bande côtière entre Charm el Cheikh et Taba, à condition de respecter les consignes élémentaires de sécurité comme de ne pas voyager de nuit. Pour le reste de nos séjours, d’El Gouna à Wadi Lahami Bay, il n’y a pas de contre-indication du quai d’Orsay, sous réserve d’appliquer les recommandations valables pour bon nombre de séjours touristiques dans le monde (ne pas photographier certains lieux sensibles, faire attention aux appareils photos, ne pas conduire la nuit, adopter une tenue vestimentaire décente, …). Nous, comme certains de nos clients, pouvons témoigner du fait que la situation sur place est bien différente de celle décrite par la presse. Est-il besoin de rappeler que la population locale vit du tourisme et par le tourisme. Les autorités locale et la quasi totalité de la population ont une tolérance zéro avec les militants islamistes ruinant l’économie et la source de revenus des habitants. Seules certes certaines zones désertiques du pays sont à proscrire totalement comme le Sinaï, excepté sur sa bande côtière.

FORMALITÉS DE POLICE

Douane : Les ressortissants français voyageant individuellement ou en groupe peuvent entrer en Egypte munis d’un passeport ou d’une carte nationale d’identité (avec une date de validité minimum de six mois après la date de retour en France, dans les deux cas). Les enfants mineurs doivent avoir eux aussi une carte d’identité ou un passeport individuel, quel que soit leur âge. Le livret de famille n’est pas reconnu comme pièce d’identité officielle et ne permet pas de voyager à l’étranger ni en France. Depuis le 1er janvier 2014, la carte nationale d’identité française est valable 15 ans, au lieu de 10 ans auparavant. Les cartes délivrées avant cette date bénéficient d’une prolongation de 5 ans de leur durée de validité sans modification matérielle de la carte. Néanmoins, certains pays ne reconnaissent pas cette nouvelle disposition. L’Egypte ne s’étant pas prononcée sur cette reconnaissance, nous vous recommandons fortement de voyager avec un passeport en cours de validité et non avec une carte d’identité portant une date de validité périmée. Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter le site du Ministère des Affaires étrangères.
Visa obligatoire et payant délivré à l’arrivée. Pour les porteurs de carte d’identité, le visa est apposé, à l’arrivée, sur un formulaire spécifique fourni par les autorités locales. Les voyageurs doivent impérativement se munir avant leur départ de deux photos d’identité qui seront fixées sur ce formulaire.