Fermer Inscription newsletter

Coronavirus et voyages
Les formalités sanitaires changent très régulièrement en fonction de l’évolution de l’épidémie. Nous nous tenons au courant quotidiennement de ces évolutions pays par pays. Nous avons regroupé les informations essentielles sur une page spéciale d’information sur le Coronavirus et les voyages, mise à jour régulièrement. Lors de votre demande de devis, nous vous informerons de toutes les formalités en cours et des conditions de voyages imposées par la France et par le pays de destination (tests, vaccins, formulaires, applications à télécharger, …) et nous vous informerons en cas de modification des formalités sanitaires qui s’appliquent pour votre voyage. Le devoir de conseil et d’information fait aussi partie de notre métier et de nos obligations. Alors dans ce contexte compliqué et très changeant, faites confiance à des professionnels bien informés. Informations Coronavirus et voyages.

Savoir vivre et coutumes

Langue : malgache, français
Vasaha est peut-être le premier mot malgache que vous entendrez en arrivant sur la Grande Ile. C’est comme cela que les malgaches appellent les occidentaux « blancs ».
Les malgaches sont très respectueux des ancêtres et ils doivent obtenir leur bénédiction pour tout ce qu’ils entreprennent. Ce culte des ancêtres fait partie intégrante de la vie des malgaches. Les fomba (bons usages à respecter) et les fady (tabous et attitudes à proscrire) appartiennent aux habitudes quotidiennes pour la grande majorité des habitants et malheur à celui qui les transgresse : ses ancêtres se chargeront de lui.
En tant que touriste, il y a quelques attitudes à éviter et des règles à respecter pour ne pas offenser les ancêtres et respecter les croyances des malgaches :
– Evitez de hausser le ton ou de montrer du doigt.
– Respectez les coutumes et les interdits (fady) qui régissent les lieux sacrés.
– Ne soyez pas trop familier ou trop direct. Pour un malgache, un étranger est un hôte de marque à qui il doit le respect.
– Respectez les personnes âgées et le culte des ancêtres.
– Demander l’autorisation pour prendre des photos, surtout pour les adultes.
– Acceptez le « mora mora » (doucement doucement) avec le sourire.

Artisanat

Madagascar est réputée pour son artisanat d’une grande variété et d’une extrême richesse.
La broderie
Grande tradition des Hautes Terres, elle est encore enseignée et transmise à toutes les jeunes filles. Vous trouverez de belles nappes brodées de petits sujets naïfs et colorés représentant des scènes de la vie rurale. La soie Madagascar a la particularité de disposer de 2 types de soies. La soie naturelle fabriquée à partir de l’élevage du ver à soie et la soie sauvage récoltée dans les forêts. C’est à partir de cette soie sauvage que l’on tisse les « lambas » traditionnels. Si certains de ces tissus revêtent un côté sacré en servant de linceul aux défunts, d’autres sont utilisés comme vêtements de cérémonie par les hommes et les femmes (plus rarement aujourd’hui au quotidien). Plusieurs ateliers peuvent se visiter.
L’artisanat du bois
Il est très présent à Madagascar et les motifs architecturaux sculptés Zafimaniry (région d’Ambositra) sont classés au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Dans le Sud, le travail de la sculpture sur bois est associé à l’art funéraire : de beaux totems dénommés « aloalo » surplombent les tombeaux en représentant des scènes de la vie du défunt. 
La corne de zébu
Les objets en corne de zébu servent dans les rituels et sont un symbole de puissance et de prospérité. La corne de zébu permet de produire une multitude d’objets du quotidien : bijoux, peignes, talismans et pendentifs, couteaux, couverts, coupelles … Ils sont la spécialité d’Antsirabe.
Les bijoux
Le sous-sol de Madagascar est riche en pierres précieuses comme le rubis ou l’émeraude mais surtout en pierres semi-précieuses. (citrine, aigue-marine, tourmaline, …).
Le papier Antaimoro (ou Antemoro)
Papier épais et filandreux, très résistant, fabriqué selon d’anciens procédés nés dans la péninsule arabique et importés sur la côte Sud-Est malgache par des immigrants arabes ayant formé la tribu Antaimoro. Ce papier est fabriqué principalement à Ambalavao à partir des fibres contenues dans l’écorce d’un arbuste, l’avoha. Elles sont cuites, malaxées, décorées de fleurs puis séchées pour devenir un papier de couleur crème, granuleux et décoratif. Reliures, enveloppes, papier à lettre mais aussi abat-jours peuvent être confectionnés avec ce papier. L’une des plus célèbres fabriques se visite à Ambalavao.

Gastronomie

La cuisine malgache est à base de riz, de brèdes (sorte d’épinards) et de viandes notamment de zébu. Le plat traditionel est le Romazava, sorte de pot au feu à base de bouillon de viande de zébu et de brèdes, dont les fameuses « brèdes mafana » servi avec des rougails de tomates et du riz. Autre grand classique, le Ravitoto est préparé avec des feuilles de manioc pilées et des morceaux de viande de porc. Sur la côte ou dans les îles, la cuisine est à base de poissons et de crustacé

Monnaie

Monnaie : Ariary (MGA)
Modes de Paiements :
Les espèces sont à privilégier. Nos petits resorts et lodges du bout du monde ne disposent pas de terminal de paiement pour les cartes bancaires. La carte Visa est acceptée dans les banques et dans certains commerces mais les cartes Amex ou MasterCard sont rarement acceptées.